Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 03:16

Ado, j'ai découvert le pouvoir des marques sur mes congénères et sur moi.

 

Ca a commencé par les basquettes. Mes potes avaient tous des Nokes ou des Adadas et j'étais jaloux : c'était des grolles de marque, oui des grolles de marque. Moi, ma mère m'ammenait à la halles aux chaussures et on en prenait des pas trop chères parce que bon hein, une mère célibataire avec deux gosses et un smic fallait faire attention.

 

Là où j'ai été victime, c'est à mon entrée en deuxième CM2 (quand on aime, on ne compte pas).

J'avais besoin de fringues et ma mère m'avaity ammené chez C&A.

Elle m'avait pris un jean et un gilet de la marque Jungle à l'époque.

Je me souviens que lorsque je les ai mis, je me suis dit "Maintenant, je ne veux que des vêtements Jungle".

Sans le savoir, je venais de me faire corrompre.

 

La deuxième étape a eu lieu avec les basquettes.

Tous mes potes avaient des basquettes à 300 / 400 francs à l'époque (il y a 20 ans). Ca représentait un maxi max de pognon quand j'y repense. Aujourd'hui, je fais attention pour dépenser ce montant alors que j'ai largement les moyens alors quand je pense à ma mère.

Ma première paire de basquettes de marque, c'est une tante qui me les avait payées, des Noke air.

J'étais heureux comme tout avec ça alors que franchement, je vois pas où était l'air dans ces grolles.

Mais bon, j'étais heureux, je pouvais faire comme les autres, je n'étais pas le tocard dont la mère était trop pauvre pour lui payer des grolles de marque.

 

C'est con un ado.

Enfin, voyons les choses positivement, je ne me suis pas mis à écouter du Benny B comme mes camarades d'école de l'époque. C'était déjà ça.

 

 

Repost 0
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 23:54

 

Repost 0
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 02:56

Et donc cette aprem, recherche de cadeau pour un pote.

Suis allé aux Dessous d'Apollon.

 

A la recherche d'une petite tenue légère  pour un pote qui fêtait ses 30 ans, le vendeur m'a proposé un petit short qui va bien. Malheureusement, yavait un détail de taille si je puis me permettre.

Moi : "Non, non, là, ça va pas le faire, il a une trop grosse teub, ça va déborder

Un autre client : Hum, il en a bien de la chance

Le vendeur : Vous disiez quoi ?"

 

Et le silence se fit autour de moi.

 

Je les croyais beaucoup moins coincés que ça.

 

 

Repost 0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 19:53

Cette après midi, j'ai fait mon mouton et j'ai acheté la réédition des 20 ans de Nevermind.

 

Putain, le cd était sponsorisé par RTL2, la radio de la soupe pop à 0.34€ (2 balles pour ceux qui savent pas compter).

Tout ce perd, je deviens un vieux con

Repost 0
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 00:12

Plus je fais mon boulot, plus je déteste les gens. Ca se confirme de jour en jour...

 

 

Repost 0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 23:10

Champagne

 

 

Recommandation de la Commission de la Protection des Droits de la Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet (Hadopi)
Dossier XXXXX
Date : 26/09/2011 XX:XX

Madame, Monsieur,


  Attention, votre accès à internet a été utilisé pour commettre des faits, constatés par procès-verbal, qui peuvent constituer une infraction pénale.

En effet, votre accès internet a été utilisé pour mettre à disposition, reproduire ou accéder à des œuvres culturelles protégées par un droit d'auteur. Cette situation rend possible leur consultation ou leur reproduction sans autorisation des personnes titulaires des droits. De telles consultations ou reproductions, appelées couramment « piratage », constituent un délit sanctionné par les tribunaux.

Cette utilisation a pu intervenir sans votre permission ou à votre insu, peut-être même par un usager non averti. Mais dans tous les cas, en tant que titulaire de l'abonnement à internet, vous êtes légalement responsable de l'utilisation qui en est faite*.

Vous devez en effet veiller à ce que cet accès ne fasse pas l'objet d'un usage frauduleux, en prenant toute précaution pour le sécuriser. C'est une obligation légale, sanctionnée par les tribunaux si elle n'est pas observée**.


 

Que vous reproche-t-on ?
 
On vous reproche un manquement à votre obligation de surveillance.

Ainsi, dans votre cas :

• Des agents assermentés ont constaté que le XXX, une ou plusieurs œuvres protégées étaient reproduites, consultées ou offertes en partage depuis l'accès à Internet correspondant à l'adresse IP n°XXX
• Cette adresse avait été attribuée à ce moment par la société XXX, votre fournisseur d'accès à Internet, à :

Goldenyears

Que risquez-vous ?
 
Si, en dépit de cette recommandation vous invitant à prendre, dans les meilleurs délais, toute mesure utile et faute de mettre en œuvre, de façon effective, un ou plusieurs moyens de sécurisation de votre accès à Internet, de nouveaux manquements à votre obligation de surveillance venaient à être constatés, une contravention de négligence caractérisée pourrait être constituée à votre égard. Le juge judiciaire, saisi par l'Hadopi, pourrait alors prononcer une suspension de cet accès ainsi que, le cas échéant, une peine d'amende.

Quels sont vos droits ?
 
Vous pouvez demander des précisions sur les œuvres consultées, offertes en partage ou reproduites à partir de votre accès internet et, le cas échéant, formuler des observations, en contactant l'Hadopi :

• par voie électronique, en utilisant le formulaire accessible à l'adresse www[.]hadopi[.]fr ;
• par courrier postal, adressé à l'Hadopi, Commission de protection des droits, 4 rue du Texel 75014 PARIS, en utilisant le même formulaire ;
• par téléphone, au 09 69 32 90 90 (appel non surtaxé).

Dans ce cas, vous devez obligatoirement rappeler le numéro de dossier mentionné au début de ce message.

Pourquoi protéger le droit des auteurs ?
 
Sous les apparences séduisantes de la gratuité, les pratiques qui ne respectent pas le droit des auteurs des œuvres privent, en effet, les créateurs de leur juste rétribution. Elles représentent un grave danger pour l'économie du secteur culturel et c'est la survie de la création artistique, sous toutes ses formes, qui est en cause. Pour mieux concilier les avantages d'Internet et le respect de la création, et permettre aux internautes d'identifier les plateformes proposant des offres en ligne respectueuses des droits des créateurs, l'Hadopi a créé le label PUR «Promotion des Usages Responsables». Ces plateformes labellisées apposent le logo PUR sur leur site internet.

Informations
 
• Le rôle de l'Hadopi n'est pas de sanctionner : lorsqu'un dossier le justifie, l'Hadopi le transmet au juge qui seul peut prononcer une sanction.
• En aucun cas l'Hadopi ne réclame de somme d'argent. Toute demande en ce sens relèverait d'une tentative d'escroquerie de personnes malveillantes.
• Vous pouvez consulter le site de l'Hadopi www[.]hadopi[.]fr pour obtenir des informations sur ses missions, sur le dispositif applicable, sur l'offre légale et sur les moyens de sécurisation.
• Vous pouvez également demander des informations sur les moyens de sécurisation à votre fournisseur d'accès internet.
• Vous pouvez découvrir l'ensemble des offres labellisées sur le site www[.]pur[.]fr, portail de référencement de l'offre légale.


Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations distinguées.

Mireille IMBERT-QUARETTA
Présidente de la Commission de Protection des Droits de l'Hadopi

 

Annexes
 
Code de la propriété intellectuelle

*Article L. 336-3 du code de la propriété intellectuelle :
« La personne titulaire de l'accès à des services de communication au public en ligne a l'obligation de veiller à ce que cet accès ne fasse pas l'objet d'une utilisation a des fins de reproduction, de représentation, de mise à disposition ou de communication au public d'œuvres ou d'objets protégés par un droit d'auteur ou par un droit voisin sans l'autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II lorsqu'elle est requise ».
« Le manquement de la personne titulaire de l'accès à l'obligation définie au premier alinéa n'a pas pour effet d'engager la responsabilité pénale de l'intéressé, sous réserve des articles L. 335-7 et L. 335-7-1 ».

** Article R. 335-5 du code de la propriété intellectuelle

I.-Constitue une négligence caractérisée, punie de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe, le fait, sans motif légitime, pour la personne titulaire d'un accès à des services de communication au public en ligne, lorsque se trouvent réunies les conditions prévues au II :

1° Soit de ne pas avoir mis en place un moyen de sécurisation de cet accès ;

2° Soit d'avoir manqué de diligence dans la mise en œuvre de ce moyen.

II.-Les dispositions du I ne sont applicables que lorsque se trouvent réunies les deux conditions suivantes :

1° En application de l'article L. 331-25 et dans les formes prévues par cet article, le titulaire de l'accès s'est vu recommander par la commission de protection des droits de mettre en œuvre un moyen de sécurisation de son accès permettant de prévenir le renouvellement d'une utilisation de celui-ci à des fins de reproduction, de représentation ou de mise à disposition ou de communication au public d'œuvres ou d'objets protégés par un droit d'auteur ou par un droit voisin sans l'autorisation des titulaires des droits prévus aux livres Ier et II lorsqu'elle est requise ;

2° Dans l'année suivant la présentation de cette recommandation, cet accès est à nouveau utilisé aux fins mentionnées au 1° du présent II.

III.-Les personnes coupables de la contravention définie au I peuvent, en outre, être condamnées à la peine complémentaire de suspension de l'accès à un service de communication au public en ligne pour une durée maximale d'un mois, conformément aux dispositions de l'article L. 335-7-1.

Données à caractère personnel

Loi n°78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés (articles 39 et 40)

Les données à caractère personnel recueillies par la Commission de Protection des Droits de l'Hadopi sont enregistrées dans le
« système de gestion des mesures pour la protection des œuvres sur Internet ». Vous bénéficiez d'un droit d'accès et d'un droit de rectification de ces données.
Si vous souhaitez exercer ces droits vous pouvez écrire à la présidente de la Commission de Protection des Droits en joignant une copie d'une pièce d'identité à l'adresse ci-dessus mentionnée en précisant sur l'enveloppe : « droit d'accès ».

*** horaire GMT
Repost 0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 01:25

Et donc ce soir je viens d'apprendre que certains hommes aiment à se faire taper dans les couilles.

Il s'agit là d'un jeu SM.

 

Hum, je suis dubitatif

Repost 0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 18:15

Et là, je viens de tombre sur secret story.

Savais même pas que ça existait encore cette émission.

 

Et ben dis donc ya du putain de niveau : culture 0, vulgarité, QI de poule.

Dire que des millions de personnes regardent ça sérieusement...

Repost 0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 00:04

Hier Montparnasse fin d'aprem.

En bas de l'arrivée de mon train, ligne de flics de la RATP.

 

Il y a sur un côté une porte qui s'ouvre toute seule où passent une grande tripotée de personnes sans titre de transport.

 

Et donc, ligne de flics et une petite dame la 50n est passée par la porte en question.

Elle s'est faite toper par 3 gros gars qui lui ont demandé son titre de transport.

Elle leur a fait une scène pas possible quand ils lui ont demandé son ticket.

 

Ne jamais douter, jamais.

Repost 0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 21:21

Hier soir, sortie entre potes pour marque le coup d'un anniversaire.

Bon, ambiance fatigués avec beaucoup de monde autour donc on a pas dansé mais pas mal papoté.

 

A un moment, on s'est retrouvés devant un couple qui s'ambrassait goulument :

 


Et c'est là que je me rends compte que l'on a pas été chouiller et que je me suis pas fait une soirée avec de la bonne musique et une bonne ambiance.
London callling

Repost 0